Samia Shariff, Le Voile De La Peur by Samia Shariff


9456ced1651312d.jpg Author Samia Shariff
Isbn
File size 2.5 MB
Year 2012
Pages 385
Language German
File format PDF
Category biography



 

SAMIA SHARIFF Le Voile de la peur ÉDITIONS FRANCE LOISIRS Photo de couverture (de gauche à droite) : Mélissa, Samia et Norah Shariff Édition du Club France Loisirs, avec l’autorisation des Éditions JCL inc. Éditions France Loisirs, 123, boulevard de Grenelle, Paris www.franceloisirs.com Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes des paragraphes 2 et 3 de l’article L. 122-5, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, sous réserve du nom de l’auteur et de la source, que les « analyses et les courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information », toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite (article L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. © Les Éditions JCL inc., 2006 ISBN : 2-7441-9476-X REMERCIEMENTS Je tiens à remercier très chaleureusement les personnes suivantes pour leur aide inconditionnelle : En Algérie Mon amie Layla et ma chère voisine à Alger dont je tairai le nom pour sa sécurité. En France Redwane, le sans-papiers. L’association des Nanas Beurs et, notamment, Samia et Baya. L’association Espace Faire, surtout Nadjet et Mélanie. Lucette du Secours catholique. En Espagne Philippo, le bon Samaritain. À Montréal Ce cher chauffeur de taxi libanais, Ahmed. Mon avocate, Me Venturelli. Le centre Le Parados et toutes les intervenantes, surtout Caroline, France, Christine et leur directrice, Mme Dion, et Mme Perron, la psychologue. Merci spécial à Louise Ducharme pour ses précieux conseils et son aide généreuse concernant l’écriture de ce livre. Enfin, de tout mon cœur, merci à Jean-Claude ! –4 – AVERTISSEMENT Ce livre est autobiographique. Cependant, par souci de discrétion, la plupart des noms mentionnés, ainsi que certains détails, qui auraient permis l’identification des personnes concernées, ont été changés. À mes enfants À toutes ces femmes qui rêvent, en silence, de s’en sortir un jour. –7 – Préface J’ai reçu par un bel après-midi glacial de janvier le manuscrit de Samia Shariff. On m’expliquait sommairement que cette femme d’origine algérienne, mère de six enfants et vivant au Canada, y raconte sa tragédie et leur fuite risquée de son pays. Son éditeur me demandait d’abord de lire ce récit et m’invitait également, s’il y avait lieu, à en rédiger la préface. Je pris peur en commençant la lecture de cette histoire bouleversante, mais une force me poussait à aller jusqu’au bout de ces pages et des émotions qu’elles contenaient. Dès les premières lignes, je me suis sentie happée littéralement par un tourbillon et je suis arrivée à me tenir à flot à la seule pensée que la narratrice avait réussi à s’en sortir. Il m’a fallu plus de temps que prévu pour passer à travers ce tropplein d’images de femmes collées aux maux de Samia. Trop de souvenirs rampaient en surface comme une rivière agitée. J’imaginais très bien Samia, petite fille malaimée, adolescente cachée, comme une erreur maternelle, une erreur de parcours qu’il fallait empêcher de vivre. L’empêcher de voir, de désirer, de rêver ou, pire, d’aspirer à une vie autre que celle du supplice de naître femme, de naître « tentation », de naître « diable », de n’être rien. Mais bien plus qu’un simple récit de malheurs et de successions de malchances, Le Voile de la peur est avant tout une histoire de courage exemplaire. En écrivant ce récit, Samia se fait la porte-parole –8 – de milliers de femmes dans le monde qui cachent sous leur voile, ou autrement, une histoire d’horreur. Samia Shariff, ses deux impressionnantes filles, Norah et Mélissa, ses jumeaux Élias et Ryan, qu’elle nommera affectueusement ses champions, ainsi que son petit dernier, Zacharie, traverseront cent frontières et mille et un obstacles qui n’ont rien de naturel. Des espaces et des vides enfouis au plus profond de leur être, pour enfin arriver ici, chez eux, à Montréal, Canada, et trouver les plus grands de tous les biens : la liberté et la paix. Un beau happy end qui nous émeut, nous réjouit et nous libère avec douceur d’une histoire aussi prenante. Lynda Thalie Auteure-compositrice-interprète www.lyndathalie.com –9 – CHAPITRE I Mon enfance D’aussi loin que je me souvienne, j’entends ma mère répéter à tout propos : « Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu pour mériter une fille ? » Cette phrase était devenue sa complainte favorite. L’entendre me faisait mal. Je n’avais rien choisi et je ne pouvais rien changer au fait d’être une fille. Aujourd’hui, son refrain maléfique s’est transformé en murmures lointains et je suis fière d’avoir exorcisé le pouvoir destructeur de ces paroles blessantes. Naître de sexe féminin dans une famille musulmane, et algérienne de surcroît, avait orienté mon destin dès les premiers instants de ma vie. Il m’en a fallu du temps et de l’énergie pour reconquérir mon identité et ma liberté, mais maintenant, je suis fière de la femme que je suis devenue ! Toute jeune, je savais qu’être une fille n’était pas souhaitable, mais j’en ignorais la raison. Vers l’âge de cinq ans, je voulus en savoir davantage. « Maman, pourquoi ne m’aimes-tu pas ? » Elle me lança un regard méprisant. « Tu oses me poser cette question ! Comme si tu ne savais pas pourquoi les mères préfèrent les garçons aux filles », répondit-elle, convaincue de l’évidence de sa réponse. Elle me fit asseoir près d’elle. Le moment devait être important pour me permettre ce privilège extrêmement rare. « Vois-tu, Samia, les mères n’aiment pas avoir des filles, car elles n’apportent que déshonneur et honte à leur famille. Leur mère doit les nourrir et veiller à ce qu’elles se comportent honorablement – 10 – jusqu’au jour où leur mari les prendra en charge. Les filles sont une source constante de soucis. » J’étais intriguée par l’importance que toutes les mères du monde, selon ses dires, accordaient au mot déshonneur. « C’est quoi, le déshonneur, maman ? — Chut, ne parle pas de malheur ! À ton âge, tu n’as pas à t’en préoccuper ; tu n’as qu’à écouter et à obéir à ta mère. Quand le temps sera venu, je t’expliquerai. En attendant, sois une bonne fille jusqu’au jour de ton mariage ! — Mon mariage ? Mais je ne veux pas me marier, maman. Je ne veux pas vous quitter. Je veux grandir et prendre soin de toi et de papa quand vous serez vieux. — Non, c’est impossible. Déjà, nous avons quatre garçons qui s’occuperont de nous, et, si Dieu le veut, d’autres pourraient s’ajouter. Toi, parce que tu es une fille, ton devoir consistera à prendre soin de ton mari. » Dans les pays musulmans et de façon marquée dans ma famille, avoir un garçon est une bénédiction et, de toute évidence, la naissance d’une fille est une malédiction. La fille musulmane ne connaît jamais l’autonomie. Durant toute sa vie, elle demeure sous la responsabilité d’un homme. Elle dépend d’abord de son père puis de son mari. Elle représente donc une charge pour ses parents. Cette façon de faire se transmet d’une génération à l’autre et la petite fille musulmane en vient à se percevoir elle-même comme une malédiction. J’étais donc la malédiction de la famille dont j’occupais la place centrale, entre deux frères plus âgés et deux frères plus jeunes. Mes parents étaient des immigrants algériens arrivés en France à la fin des années 1950. Ils s’étaient installés dans une banlieue parisienne relativement cossue où j’étais née et avais vécu mes premières années. Mon père était un riche industriel qui avait fait fortune dans le textile et qui s’intéressait aussi à la restauration. Amina était mon unique amie. Ses parents étaient aussi des immigrants d’origine algérienne, mais sa famille était pauvre. Son père était éboueur. Ma mère avait horreur que j’aille chez mon amie, car elle considérait sa famille indigne de notre condition sociale. Déjà, à – 11 – six ans, je trouvais Amina chanceuse parce qu’en dépit de leur pauvreté, ses parents la comblaient d’amour et d’attention. Un jour, alors que nous jouions à la poupée, Amina déclencha une discussion fort animée sur la signification de nos prénoms. « Mon nom est bien plus joli que le tien ! — Non, c’est le mien le plus beau », répondis-je aussitôt. Or je n’aimais pas mon prénom qui me paraissait vieux et lourd à porter pour mon âge. Je prenais garde de l’avouer, car je ne voulais surtout pas lui concéder la victoire. « Le mien est plus joli. Maman l’a choisi parce que c’est le prénom de sa meilleure amie qui demeure en Tunisie. Elle voulait que je devienne aussi belle et intelligente qu’elle. Je le suis devenue, ma mère me l’a dit ! poursuivit Amina sur un ton triomphant. — Le mien, ma mère l’a décidé aussi », dis-je, convaincue de la logique de ma réponse. Pour ne pas être en reste avec mon amie, j’avais inventé l’origine de mon prénom. Amina m’avait dit la vérité, j’en étais convaincue, mais, de mon côté, j’avais besoin d’en savoir plus. Tout excitée à l’idée de connaître l’origine de mon prénom, je me précipitai vers ma mère. « Maman, raconte-moi comment je suis née, s’il te plaît ! — Il n’y a rien à raconter. Ce fut le pire jour de ma vie ! » réponditelle sur un ton morose. J’étais triste pour elle. « Je sais, maman, tu as eu très mal à cause de moi ! » Elle fronça les sourcils en me regardant intensément. « Mal ? Oui, très mal, mais surtout dans mon cœur. Ce jour-là, la voisine a dû m’accompagner à la maternité parce que ton père achetait un nouveau commerce. Quand le médecin m’a annoncé la naissance d’une fille, j’ai cru que le ciel me tombait sur la tête. J’anticipais la déception de ton père et je craignais de gâcher sa joie à la suite du nouveau contrat. C’est pourquoi j’ai demandé à ma voisine de te choisir un prénom. — J’aurais tant aimé que toi-même aies choisi mon prénom. Mon amie, c’est sa maman qui a décidé de l’appeler Amina. – 12 – — Ce n’est pas important ! Ce qui compte, c’est que tu aimes ton prénom maintenant », ajouta ma mère sur un ton d’indifférence. Toutes mes illusions avaient disparu. « Justement, je ne l’aime pas ! » avouai-je en pleurant. Un jour que j’étais chez mon amie, son père lui ramena une belle poupée aux longs cheveux blonds qu’il avait trouvée dans une poubelle. Mon amie était si heureuse qu’elle s’élança dans les bras de son père. « Tu es contente ? demanda-t-il joyeusement. — Oui, papa. Tu es le plus gentil de tous les papas. Regarde, Samia, comme ma poupée est belle. — Elle est très belle, Amina, et ton papa est très gentil. » Je revins à la maison en pensant qu’Amina était bien chanceuse. En entrant chez moi, ma mère m’attrapa par l’oreille. « Où traînais-tu encore ? — J’étais chez Amina. Je regardais la poupée que son père lui a apportée. Je n’ai rien fait de mal, maman ! — Bien sûr, tu ne faisais rien de mal ! Je n’aime pas que tu ailles chez l’éboueur. Je parie qu’il a trouvé la poupée dans les poubelles… J’ai raison ou pas ? — Oui, tu as raison, maman, mais elle est toute propre. Sa mère l’avait lavée auparavant. — Est-ce que toi, tu accepterais une poupée trouvée dans les ordures ? — Si mon père me la donnait et si elle était aussi jolie, oui, je la prendrais, répondis-je sincèrement. — Jamais ton père ne s’abaisserait à te donner une telle poupée », s’offusqua ma mère en affichant un air hautain. Elle me tourna le dos pour retourner à ses occupations. Je la suivis, car sa réponse m’avait intriguée. « Pourquoi ne me donne-t-il jamais de cadeaux ? Il pourrait m’en acheter pour me faire plaisir. — Te faire plaisir ? Et toi, as-tu déjà fait plaisir à ton père ? – 13 – — Oui ! Je suis toujours sage et je lui obéis. — Sais-tu ce qui ferait vraiment plaisir à ton père ? — Non ! Dis-le-moi, s’il te plaît ? — Que tu ne sois jamais née », indiqua méchamment ma mère. Ce soir-là, j’étais décidée à demander une poupée à mon père. Quand je soumis mon idée à Malek, mon frère cadet d’un an, il me déconseilla d’agir ainsi, surtout si mon père semblait fatigué après sa journée de travail. « Viens plutôt jouer avec mon garage ! », demanda-t-il avec empressement. Mais rien ne m’intéressait. Une seule idée me préoccupait : montrer, moi aussi, une poupée à mon amie. Sitôt arrivé, mon père se dirigea au salon et se laissa choir dans son fauteuil préféré. Comme elle le faisait tous les soirs, ma mère lui apporta la petite bassine d’eau tiède dans laquelle il se trempait les pieds. Quand j’entrai, mon père avait les yeux fermés tandis que ma mère, agenouillée, lui lavait les pieds. Ce n’était pas le temps de m’approcher, car il pouvait se mettre en colère et me frapper. Je retournai dans ma chambre pour lui écrire ma demande : « Papa, je t’aime et je veux une poupée. Tu es le plus gentil des papas ! » Je cachai ensuite ma missive sous son oreiller. Ce soir-là, je m’endormis en espérant que mon père m’offre la poupée tant convoitée. Peu après, ma mère entra brusquement dans ma chambre. « Est-ce toi qui as écrit ce mot ? — Oui, répondis-je, à moitié endormie. — Que lui dis-tu ? — Je lui demande une poupée. — As-tu oublié que ton père ne lit pas le français ? Peut-être mademoiselle veut-elle narguer son père, maintenant qu’elle sait écrire ? — Non, maman. Je croyais que papa savait lire dans plusieurs langues. » Décidément, tout ce que je faisais était sujet à interprétation. J’étais soupçonnée d’arrière-pensées alors que j’écrivais une simple lettre pour demander une poupée ! Mon frère m’expliqua qu’il valait mieux oublier cette idée. Notre père détestait les poupées, car elles – 14 – représentaient le diable et aucune maison saine ne tolérait leur présence. Un matin, je fus réveillée par les cris de joie de mes frères. Je me levai rapidement et me dirigeai vers la cuisine d’où provenaient les voix. Mes quatre frères revêtaient leurs plus beaux vêtements sous la supervision de maman. Tout excités, ils m’annoncèrent qu’ils allaient inaugurer le nouveau restaurant de papa. Comme je voulais être de la partie, je retournai dans ma chambre pour m’habiller. « Que fais-tu ? m’interpella ma mère. — Je m’habille pour aller au restaurant. — Non, toi, tu n’y vas pas ; seulement les garçons ont le droit d’y aller. — Pourquoi ? Je veux y aller aussi. — Tu n’es pas un garçon, toi ! Le jour où tu auras un pénis, nous en reparlerons. Pour le moment, tu restes à la maison, dit-elle sur un ton catégorique. — Je veux m’en acheter un. Je veux un pénis », répondis-je, tout aussi décidée. Ma mère était furieuse ! Elle saisit la moitié d’un piment fort qu’elle frotta vigoureusement sur mes lèvres. La douleur était insupportable. J’avais les jambes molles… Comme j’arrivais au robinet pour apaiser la brûlure de mes lèvres, elle m’amena de force jusqu’à ma chambre pour m’y enfermer. « Maman, j’ai mal ! S’il te plaît, j’ai besoin d’eau ! » criai-je de toutes mes forces. Désespérée, je l’entendais chantonner au loin. Elle vaquait à ses tâches ménagères en m’ignorant totalement, insensible à ma souffrance. Comme c’était l’hiver, ma fenêtre était couverte de givre et j’en profitai pour y apposer les lèvres. Petit à petit, mon mal s’atténua et je m’endormis. Arriva enfin la fête de Noël, considérée comme une fête païenne chez les musulmans. Malgré cela, la plupart des parents achètent des – 15 – présents à leurs enfants pour leur éviter d’envier ceux qui en reçoivent. Comme l’année avait été fructueuse, mon père acheta un cadeau à chacun. Mes frères reçurent une impressionnante quantité de beaux jouets et ils eurent la permission d’inviter des copains à la maison. Quant à moi, je fis la connaissance de Câlin, un beau gros nounours brun aux yeux ronds que j’adorai à la minute même où je le vis. C’était mon premier cadeau et j’étais heureuse. J’aurais voulu sauter au cou de mon père comme Amina l’avait fait, mais je me retins. Chez nous, une bonne fille n’agissait pas ainsi avec son père, car il en aurait été contrarié. Je courus chez mon amie avec mon nounours dans les bras. Enfin, je pouvais me vanter auprès d’elle en montrant le premier cadeau acheté par mon père. « Amina, regarde mon nounours. C’est papa qui me l’a acheté ! Il est beau, n’est-ce pas ? — Oui, il est très beau », répondit-elle, heureuse de partager mon bonheur. Son père lui avait offert un couple de poupées noires très jolies. Mais Câlin demeurait le plus beau de tous les jouets parce qu’il m’avait été offert par mon père. Mon nounours me suivait partout sauf à l’école et c’était toujours avec plaisir que je le retrouvais le soir. Il était devenu mon compagnon de jeu et mon confident. – 16 – CHAPITRE II Mon adolescence Un soir, ma mère nous convoqua au salon, mes quatre frères et moi. Elle nous apprit qu’après avoir fait fortune en France, mon père songeait à retourner en Algérie pour de nouveaux projets encore plus prometteurs. Mes frères étaient séduits par cette perspective de richesse accrue. « Ouah ! On va devenir encore plus riches ! On va rentrer chez nous ! Revoir le soleil et la mer ! Voilà la belle vie ! » s’exclamèrent en chœur mes frères. Comment annoncer cette nouvelle à mon amie ? L’après-midi même, Amina vint nous rendre visite avec sa mère et on l’informa de notre futur déménagement. « On ne se séparera jamais, car je serai toujours dans ton cœur, dit-elle en me serrant dans ses bras. Chaque fois que tu parleras à ton nounours, il fera de la télépathie avec mes poupées qui me répéteront tout. Quand tu seras malheureuse, tu te confieras à Câlin et je te répondrai. » Nous étions toutes les deux tristes à l’idée d’être bientôt séparées. J’avais alors un peu plus de sept ans. Un matin, à l’aube, ma mère me réveilla. « Dépêche-toi de t’habiller. Nous prenons le bateau. Allez, secouetoi un peu ! — Mais je n’ai pas dit au revoir à mon amie ! — Oublie Amina ! Habille-toi et viens prendre ton verre de lait. Nous sommes déjà en retard. N’augmente pas la colère de ton père ! » – 17 – Je me vêtis rapidement et bus mon verre de lait d’un trait, espérant pouvoir saluer Amina avant de partir. Au moment de sortir de la maison, ma mère m’agrippa par le collet. « Reviens ici, pourriture. Amina dort en ce moment. Il n’est que cinq heures du matin ! » cria-t-elle vertement. Câlin me consola une fois de plus. Je me résignai à l’idée de ne pas dire au revoir à ma meilleure amie. Mes frères sortirent les premiers de la maison, suivis par mon père. Ma mère me poussa en répétant de me dépêcher. En me tendant le panier qu’elle me demandait d’apporter, elle saisit mon nounours. « Je ne veux pas que tu traînes cette chose affreuse, car tu as bien assez de ce panier. » Elle lança Câlin dans le haut du placard. « Maman, s’il te plaît, rends-moi mon nounours ! » lui criai-je de toutes mes forces, la voix entrecoupée de sanglots. Je pleurais, mais elle demeurait insensible. Elle me poussa hors de la maison et verrouilla la porte. Ensuite, elle se dirigea chez la voisine pour lui remettre la clef. En ouvrant la porte, la mère d’Amina m’aperçut en larmes. « Qu’arrive-t-il à ma belle Samia ? — Elle ne veut pas partir sans dire au revoir à sa copine ! — Attends, Warda ! Je réveille Amina, c’est important. » Je continuais de pleurer en réclamant mon nounours. Amina descendit rapidement l’escalier. Elle lança un regard haineux en direction de ma mère. « Je suis là, je suis là, ne pleure plus », me répéta Amina sur un ton protecteur. Je sanglotai de plus belle. « Câlin est resté dans l’armoire du couloir. Je ne peux plus le prendre ; je ne pourrai plus rien lui raconter et il ne pourra jamais faire de la télépathie avec tes poupées. Comment pourrons-nous communiquer ? — Dépêche-toi et sors d’ici, sinon tu le regretteras quand nous serons au pays », promit ma mère sur un ton colérique. – 18 – Amina eut à peine le temps de me promettre qu’elle irait récupérer Câlin et qu’elle y ferait toujours attention. Je sortis ensuite tête baissée, préférant ne rien voir. Je montai dans la belle voiture toute neuve de mon père. Dieu que j’étais malheureuse sans Amina, ni même Câlin pour me réconforter ! Mon amie me manquait déjà et je repensais aux jeux et aux événements que nous avions partagés. Comme la vie était injuste avec moi ! Qu’allait-il se passer là-bas dans ce pays dont j’ignorais tout ? Dans mon entourage, tous avaient le sourire alors que j’étais triste à fendre l’âme. Mes frères étaient très excités par ce qui les attendait en Algérie. Sur le siège avant, mes parents parlaient de notre future maison au bord de la mer. Ils discutaient de projets à réaliser une fois là-bas. Tous avaient des images d’avenir alors que moi je ne songeais qu’au passé que je regrettais déjà ! Quand je pensais à mon futur pays, j’étais vaguement inquiète, mais sans aucune raison précise. Ma famille et moi montâmes à bord de l’immense paquebot qui devait nous déposer en Algérie vingt-quatre heures plus tard. Je ne voulais pas quitter la cabine que je partageais avec mes frères plus jeunes. Un midi, pendant qu’ils couraient sur le pont, ma mère descendit me trouver. Elle insistait pour que j’aille manger dans le luxueux restaurant du bateau, mais je refusais de me lever. Elle devint furieuse. Elle bondit vers moi et me prit brusquement le bras. « Lève-toi ! » cria-t-elle en levant la main pour me frapper. Je me protégeai le visage, mais elle reprit son sang-froid, à ma grande surprise d’ailleurs. « Sais-tu quelle est la principale raison pour laquelle nous quittons la France ? demanda-t-elle à brûle-pourpoint. — Non ! répondis-je sincèrement. — Nous le faisons pour nos enfants et surtout pour toi, déclara-telle sur un ton solennel. — Moi ? – 19 – — Oui, toi ! La France n’est pas un pays où l’on souhaite éduquer nos enfants et encore moins notre fille. Nous voulons te donner une éducation saine, digne d’une bonne musulmane. » J’ignorais ce que signifiaient ces mots, bonne musulmane, mais j’allais bientôt le découvrir. La nuit venue, chacun se dirigea dans sa chambre. Ma mère vint border mes frères en me demandant de me couvrir, ce que je fis immédiatement. Puis, elle quitta la chambre après avoir éteint la lumière. « Samia, penses-tu qu’il fait très chaud en Algérie ? demanda Kamel, le plus jeune de mes frères. — Oui, je crois. — Penses-tu que les gens sont gentils, là-bas ? poursuivit-il. — Oui, les gens sont gentils. Comme nos grands-parents vivent làbas, ils vont sûrement nous gâter. Dors bien, petit frère. » En fermant les yeux, je revis Amina. À l’heure actuelle, elle avait sûrement récupéré mon nounours tapi au fond de l’armoire. Je m’endormis paisiblement en sachant Câlin en sécurité. Au petit matin, les appels stridents de notre mère nous réveillèrent. « Vite, levez-vous ! Il nous reste à peine deux heures pour prendre le petit déjeuner et nous préparer. Samia, aide Malek à s’habiller et retrouvez-nous au restaurant. » Elle se chargea d’aider Kamel pendant que je donnais un coup de main à Malek, mon frère cadet d’un an. « Samia, je t’aime, déclara Malek, très sérieusement. J’ai de la peine quand maman est méchante avec toi. Quand je serai grand, je te défendrai et je ne laisserai personne te frapper. — Ce que tu es gentil, Malek ! Viens maintenant, sinon maman ne sera pas contente. » Ensemble, nous courûmes rejoindre les autres en riant et en criant dans le long couloir du paquebot. Chacun s’installa à table pour le petit déjeuner. Nous étions sur le point de poser le pied sur la terre de nos ancêtres. – 20 –

Author Samia Shariff Isbn File size 2.5 MB Year 2012 Pages 385 Language German File format PDF Category Biography Book Description: FacebookTwitterGoogle+TumblrDiggMySpaceShare Samia est encore toute petite lorsqu’elle comprend qu’elle n’est pas la bienvenue dans cette riche famille musulmane où la présence d’une fille est une véritable punition d’Allah. Son père la domine, sa mère la rejette et ses deux frères aînés, conscients du traitement injuste dont elle est victime, ne peuvent rien pour elle. Elle est seule au monde, et lorsqu’on daigne s’adresser à elle, ce n’est jamais pour la porter aux nues. Elle n’a que seize ans lorsqu’on la marie malgré elle à un employé de son père. Un régime de terreur s’installe alors dans sa nouvelle demeure. Elle se tourne vers son père et sa mère pour obtenir de l’aide, mais elle reçoit toujours la même réponse: elle est une femme, et une femme doit respect et obéissance à son mari en n’importe quelle circonstance. Battue et violée à répétition, Samia ne peut s’appuyer que sur elle-même pour se sortir de ce cauchemar qui n’en finit plus. Les années passent et la situation ne fait que se détériorer. De surcroît, l’Algérie a basculé dans l’intégrisme religieux; l’usage du chantage et de la peur est devenu quotidien. Samia, maintenant mère de plusieurs enfants, n’a désormais qu’une seule idée en tête: fuir vers la liberté ; fuir pour respecter sa promesse faite à ses petits qu’un jour la lumière et la paix seront au menu tous les jours de leur vie. Mais sa route est jonchée de milliers d’obstacles et de dangers mortels…     Download (2.5 MB) Mohamed Ennafaa, Chronique Saharienne Tir d’action à l’arme de poing Bertrand Cantat, Marie Trintignant : l’amour à mort Anne Sinclair : Une Femme Libre Mandela – Une Philosophie En Actes Load more posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *