InDesign CS3 : Pour PC et Mac by Pierre Labbe


9888888_.jpg Author Pierre Labbe
Isbn 9782212123517
File size 56MB
Year 2008
Pages 395
Language French
File format PDF
Category cinema



 

I N D ESIGN CS3 – CHAPITRE 1 Outils Icône Activation Utilisation O UTILS DE SÉLECTION : trois outils permettent la réalisation de sélection. Le choix dépend du traitement à effectuer. Sélection V C’est l’outil de mise en page. L’outil Flèche noire permet la sélection de bloc ou de groupe de blocs. Cet outil est utile pour les traitements d’un bloc entier (importation, déplacement, déformation…). ASTUCE Le raccourci V (et bien d’autres) peut avantageusement être remplacé par une touche de fonction ( F1, par exemple) ; nous en reparlerons plus loin. Sélection directe Position A C’est l’outil de traitement ou de modification. L’outil Flèche blanche permet la sélection et la manipulation de points de construction du bloc — appelés aussi points d’ancrage du tracé —, ainsi que le traitement du contenu du bloc (déplacement, transformation…). ÓA Cet outil possède deux fonctions. S’il est sur une image, il se transforme en outil Main et permet d’accéder directement au contenu du bloc, c’est-à-dire à l’image pour la déplacer ou la recadrer. Avec un bloc de texte, il se transforme en point d’insertion et permet le traitement du texte (une fois celui-ci sélectionné). ASTUCE Par double-clic sur l’outil Position, on affiche une fenêtre qui permet de régler le délai d’affichage de la partie masquée de l’image lors de son déplacement ou recadrage. O UTILS DE TEXTE Texte Texte curviligne T ÓT Cet outil permet de dessiner un bloc de texte mais également de sélectionner un texte en vue de le traiter. Cet outil permet de placer un texte le long d’un tracé préalablement sélectionné. Il permet également de gérer les textes curvilignes. O UTILS DE DESSIN D’OBJET (TRACÉS DE B ÉZIERS) : pour créer un élément vectoriel d’aspect personnalisé. Crayon N Il permet de réaliser des tracés vectoriels de manière libre par glissement de l’outil comme dans Illustrator. Il s’utilise également pour retoucher un tracé. ASTUCE Par double-clic sur l’outil Crayon, on affiche sa fenêtre de réglages. Plume P Il permet de réaliser des tracés vectoriels comportant des points d’ancrage. Les tracés peuvent être rectilignes ou curvilignes, ou encore un mélange des deux (son fonctionnement est le même que dans Illustrator ou Photoshop) O UTILS DE RETOUCHE DE TRACÉS : on distingue deux catégories, ceux de type Crayon (Arrondi et Gomme) qui agissent sur le tracé, et ceux de type Plume (Plume + ou – et Conversion) qui agissent sur les points ou les tangentes. Arrondi Il permet d’adoucir les courbures d’un tracé par glissement de l’outil le long du tracé. ASTUCE Par double-clic sur l’outil Arrondi, on affiche sa fenêtre de réglages. 10 L’INTERFACE D’I N D ESIGN Outils Icône Activation Utilisation Par glissement de cet outil sur une partie d’un tracé sélectionné on en supprime une partie. Gomme Ciseaux C L’outil permet de scinder en deux un tracé ouvert ou « d’ouvrir » un tracé fermé. Les deux points se trouvent alors superposés. Ajout de points = Lors de retouches de tracés, il est parfois nécessaire d’ajouter des points d’ancrage, c’est le rôle de cet outil. Suppression de points – Avec les tracés, cet outil est indispensable pour enlever un point inutile. ÓC Conversion de point Un tracé peut contenir différents types de points. Cet outil permettra les conversions, c’est-à-dire de passer d’un type de point à un autre. ASTUCE En plaçant l’outil Plume sur le tracé on obtient directement l’outil Plume + ; en le plaçant sur un point, on voit l’outil Plume –. Pour l’outil Conversion, il faut enfoncer la touche ∏ [Alt]. O UTILS DE DESSIN GÉOMÉTRIQUE : pour créer un élément vectoriel d’aspect prédéfini. Ils permettent de créer des rectangles (ou des carrés avec enfoncée). Avec Bloc rectangle et Rectangle et Bloc elliptique et Ellipse et Ils permettent de créer une ellipse (ou un cercle avec Ó enfoncée). Comme les outils précédents, le premier outil crée une forme avec les attributs par défaut alors que le second crée un objet dépourvu d’attribut (ni fond, ni contour). Bloc polygonal et Polygone et Ils permettent d’obtenir un polygone régulier (avec ou sans contenu, comme l’outil précédent). Par un double-clic sur ces outils, on affiche une fenêtre qui permet de paramétrer le polygone, voire d’obtenir une étoile. Trait F et ÓF le premier outil, l’objet n’a pas de contenu ; avec le second, on pourra y placer un texte ou une image. § Il permet la création de ligne, filet ou flèche dont l’épaisseur et les caractéristiques se règlent dans la palette Contour. ASTUCE Par double-clic sur l’outil Trait, on affiche la palette Contour. B Cet outil permet d’ajouter des éléments interactifs dans votre page. Les boutons deviennent actifs une fois le document exporté au format PDF puis ouvert dans Acrobat. Transformation manuelle E Il donne accès à l’ensemble des transformations suivantes. On passe de l’une à l’autre en utilisant certaines touches et en agissant sur certaines poignées du cadre qui apparaît autour de la sélection. Rotation R Il provoque la rotation manuelle ou paramétrée d’une sélection. Mise à l’échelle S Il permet d’agrandir ou de réduire (par homothétie ou non) la taille de l’objet sélectionné. Déformation O Il permet d’incliner l’objet sélectionné. Bouton O UTILS DE TRANSFORMATION ASTUCE Par double-clic sur un des outils de transformation (Rotation, Mise à l’échelle et Déformation), on affiche la fenêtre Transformation, dans laquelle on peut paramétrer la modification. 11 I N D ESIGN CS3 – CHAPITRE 1 Outils Icône Activation Utilisation O UTIL DE TRANSFERT Pipette I Cet outil a un double rôle. Par simple clic sur un élément, il prélève ses attributs (de bloc, de couleurs ou typographiques dans le cas d’un texte) et devient ; il permet alors de les appliquer à d’autres objets en cliquant dessus ou en glissant sur les lettres dans le cas d’un texte. G Il permet de changer l’orientation et l’étalement d’un dégradé appliqué à un objet, ou de le répartir sur plusieurs objets. O UTIL DE « COLORATION » Nuance de dégradé ASTUCE Un double-clic sur l’outil affiche la palette Dégradé. Contour progressif dégradé ÓG Cet outil permet de personnaliser le positionnement du dégradé qui définit un contour progressif sur le bloc. ASTUCE Par double-clic sur l’outil, on affiche la fenêtre de gestion des effets dans laquelle l’option Contour progressif dégradé est active. Note N Cet outil permet d’ajouter un message dans une fenêtre contextuelle de note. L’opération s’effectue par clic dans le texte avec l’outil Note ; la palette Note apparaît alors automatiquement. Mesure K Il permet de déterminer la distance entre deux points ou de mesurer des angles. Les résultats sont visibles dans la palette Informations qui s’affiche automatiquement. O UTILS DE GESTION DE L’AFFICHAGE : se déplacer dans l’image agrandie et gérer son affichage. Main ou Défilement H Se déplacer dans l’écran pour afficher les zones cachées de l’image. Un doubleclic sur cet outil affiche le document Taille écran. ASTUCE Il est possible de se déplacer dans le document en utilisant la molette de la souris ; le déplacement est plus rapide avec la touche et devient horizontal avec la touche ¢ [Ctrl]. Loupe ou Zoom Z Agrandir ou réduire le taux d’affichage du document (de 5 % à 4 000 %). Ce taux est indiqué en bas à gauche de la fenêtre du document, ainsi que dans la barre de titre. Un double-clic dans cet outil affiche le document à 100 %. ASTUCE Si vous enfoncez ∏ [Alt] , il devient possible de zoomer dans la fenêtre directement avec la molette de la souris. CASES D’ATTRIBUTS DE COULEUR ET D’APPLICATION D’ATTRIBUT Fond X La case Fond : en haut à gauche est active par défaut, elle permet l’affectation d’un attribut de dessin (couleur, dégradé) au fond du tracé ou du texte et indique l’aspect de cet attribut. Contour X La case Contour : elle est inactive par défaut. Elle passe au-dessus de la case Fond quand elle est activée et permet alors l’affectation d’une couleur (ou un dégradé) au contour du bloc ou d’un texte. INFO. On passe de la case Fond active à la case Contour active (et réciproquement) en tapant X . 12 L’INTERFACE D’I N D ESIGN Outils Icône Activation Couleurs par défaut D Permuter Fond avec Contour ÓX Mise en forme du conteneur ou du texte Appliquer la couleur En cliquant sur cette icône on retrouve le noir comme couleur de contour et l’option Sans pour le fond. Cette icône permet d’inverser les couleurs entre le fond et le contour. Cette icône indique si la mise en forme (coloration, contour…) affecte le bloc ou le texte . Son aspect dépend de l’outil actif ; sa modification (changement d’affectation) se réalise dans les palettes Couleur ou Nuancier par clic ) pour appliquer au texte, ou sur le carré ( ) pour appliquer au sur le T ( bloc. ou Appliquer Sans Utilisation / Cette option supprime les attributs du fond ou ceux du contour selon la case ou contour ) dans les palettes Outils, Couleur ou Nuancier. (clavier num.) active (fond , Cette case Appliquer la couleur permet d’appliquer un aplat de couleur au fond ou au contour (selon la case active). Un double-clic dans cet outil affiche la palette Couleur en activant la première case de composition de la couleur. La case Appliquer le dégradé permet d’affecter un dégradé à un fond ou à un contour, ou d’en modifier les propriétés. Un double-clic dans cette case affiche la palette Dégradé. Appliquer le dégradé LES MODES D’APERÇU DU DOCUMENT Normal W C’est l’affichage par défaut du document. Les repères et les contours des blocs sont visibles qu’ils soient ou non sélectionnés. Aperçu W Avec cet affichage, tous les éléments hors de la page sont masqués par une zone grise. Les bords des blocs ne sont visibles que s’ils sont sélectionnés. Fond perdu W Cet affichage ressemble au précédent, mais l’aperçu de la page est agrandi jusqu’aux limites des fonds perdus définis pour le document. Ligne-bloc W Aux fonds perdus s’ajoute l’espace défini par la ligne-bloc. Celui-ci constitue une zone dans laquelle s’écrivent des commentaires qui ne doivent pas apparaître sur la page. INFO. Quand un outil présente un petit triangle en bas à droite, c’est qu’il en cache d’autres. Vous pouvez accéder aux autres outils par ∏ clic [Alt clic] sur l’outil affiché. Les palettes L’AFFICHAGE DES PALETTES Le nombre de palettes affichées est variable. Les palettes s’affichent (ou se cachent) avec le menu Fenêtre ou le menu Texte. Comme dans Photoshop ou Illustrator, par défaut, quelques palettes sont disponibles, elles sont affichées de manière réduite calées contre le bord droit de l’écran. À l’opposé, on trouve la palette Outils (sur une ou deux colonnes). Quant à la palette Contrôle, elle se place sous les menus de l’application. Si vous ouvrez toutes les palettes pendant une séance, elles seront toutes ouvertes lors de la prochaine utilisation du programme. Vous pouvez enregistrer leur position à un instant donné de manière à restaurer l’espace de travail dans un état enregistré. Cette opération permet de n’afficher que certaines palettes à un stade du travail et d’autres lors d’une autre phase de travail. L’opération s’effectue par le menu Fenêtre et la commande Enregistrer l’espace de travail du sousmenu Espace de travail. Au clavier, vous pouvez afficher ou masquer les palettes. Pour les cacher toutes temporairement, tapez Tabulation (attention de désélectionner tout texte) ; les palettes réapparaissent en tapant de nouveau Tabulation († [Ÿ]). Pour cacher toutes les palettes sauf la palette Outils et la palette Contrôle, tapez Ó† [ÓŸ] (avec un outil Flèche actif). A STUCE Vous pouvez modifier ces raccourcis (voir plus loin), ou tapez systématiquement Ó¢A [ÓCtrl A] pour désélectionner et ainsi rendre utilisables † [Ÿ] ou Ó† [ÓŸ] lorsque vous travaillez dans un texte sans faire apparaître de caractère dans le texte. 13 I N D ESIGN CS3 – CHAPITRE 1 Nous allons passer en revue toutes les palettes avant d’étudier la palette Contrôle qui est une des plus importantes. Palette Icône Description et remarques LES PALETTES DE COLORATION Couleur F6 Contour F10 ou Cette palette permet, une fois le modèle colorimétrique choisi dans son menu local (RVB, CMJN…), de définir une couleur ; celle-ci est automatiquement affectée, selon la case activée dans la palette, au fond ou au contour de l’objet sélectionné. Si l’on réduit la taille de la palette, on ne voit plus que la bande spectrale dans laquelle il est possible de prélever la couleur. C’est dans cette palette qu’on spécifie l’épaisseur du contour appliqué au tracé ou au texte. Des options supplémentaires, que l’on affiche ou masque par le menu local, permettent de paramétrer l’aspect du trait (extrémité, sommet, position, pointillé, flèche, etc.). ¢F10 [Ctrl F10] Dégradé La préparation ou la modification d’un dégradé se réalise dans cette palette (elle s’utilise conjointement à la palette Couleur et/ou Nuancier). Elle s’affiche par un double-clic sur l’outil Dégradé ; dans sa taille réduite, la palette ne montre que la bande de dégradé. Nuancier Cette palette peut renfermer quatre types d’échantillons ou nuances : des nuances de couleurs quadrichromiques, des nuances de tons directs, des nuances ou groupe d’encres mélangées et des nuances de dégradés. Des icônes, en bas de la palette, permettent de gérer les échantillons (copie ou suppression) ou de filtrer l’affichage d’une catégorie. C’est dans cette palette que sont stockés des couleurs ou des dégradés. Lors de l’ajout d’une nouvelle couleur, un menu local donne accès à d’autres nuanciers (tel que Pantone). F5 Effets 14 On retrouve dans cette palette les réglages d’opacité et les modes de fusion. Ils s’appliquent au fond du bloc ou à son contour ou encore à son contenu. Une liste d’effets (du type de ceux de Photoshop) est Ó¢F10 désormais accessible par cette palette ; parmi eux on trouve, l’ombre [ÓCtrl F10] portée, les lueurs… ainsi que des options de contour progressif. Aspect (complet) L’INTERFACE D’I N D ESIGN Palette Icône Description et remarques Aspect (complet) G ESTION DU DOCUMENT : pages, calques, affichage (navigation). Pages F12 La gestion des pages s’effectue à partir de cette palette : affichage, ajout, suppression, copie de pages, mais également préparation et affectation de pages types (appelées gabarit). Selon le réglage de ses options, le contenu des pages peut être visible. ou ¢F12 [Ctrl F12] Calques F7 Toute mise en page peut être décomposée en plusieurs feuilles de travail (une pour les textes, une pour les photos…) que l’on superpose, chacune d’elles constituant un calque. C’est la palette Calques qui permet de gérer cette superposition. Chaque calque peut être édité, caché ou verrouillé, seul ou avec d’autres calques (comme dans Illustrator). Des icônes et un menu local vous permettront d’organiser votre travail sur les calques : ajout de calque, suppression, options… ATTENTION Pour les calques contenant des blocs d’image, choisissez judicieusement la couleur du calque de manière à bien différencier la couleur du contour du bloc sélectionné de celle de l’image sélectionnée. Navigation Cette palette, que l’on retrouve dans Photoshop et Illustrator, permet de gérer l’affichage du document en continu, de 5 % jusqu’à 4 000 %, par simple glissement du curseur et une fenêtre de positionnement, qui peut afficher une ou toutes les pages du document grâce à son menu local. Un rectangle rouge apparaît quand vous zoomez une partie d’un document à une taille supérieure à celle de l’écran ; il indique la zone affichée à l’écran, vous pouvez la déplacer pour en voir une autre. L’affichage se gère également au clavier : ¢ = (ou +) [Ctrl =] pour zoomer ; ¢ – [Ctrl –] pour réduire ; ¢ & (ou 1) [Ctrl &] pour afficher à 100 % ou taille réelle. On obtient ce résultat par double-clic sur l’outil Loupe ; ¢ à (ou 0) [Ctrl à] ajuster la page à la fenêtre (taille écran). On obtient ce résultat par double-clic sur l’outil Main ; ¢∏ à [Alt Ctrl à] pour ajuster la planche à la fenêtre ; Ó∏ ¢ à [Ó Alt Ctrl à] pour voir la totalité de la planche de travail. ASTUCE Il est possible d’ouvrir une seconde fenêtre du document (menu Fenêtre/Disposition/ Nouvelle fenêtre) et d’y visualiser une autre page ou la même avec un taux d’affichage différent. G ESTIONS DES OBJETS : styles d’objet, habillage, liens… Styles d’objet Cette palette présente des ressemblances de fonctionnement avec les palettes Styles de paragraphe et Styles de caractère. On y prépare des styles graphiques englobant tous les attributs que l’on peut affec¢F7 ter au bloc (couleur, contour, effets, habillage, etc.). L’application de [Ctrl F7] style d’objet permettra d’automatiser la mise en forme des blocs. 15 I N D ESIGN CS3 – CHAPITRE 1 Palette Habillage de texte Icône Description et remarques Aspect (complet) Cette palette comporte des icônes correspondant au placement du texte par rapport au bloc actif. Des valeurs et des menus locaux permettront des réglages plus fins. Certains d’entre eux utiliseront des éléments (couche ou tracé) préparés dans Photoshop. La palette Contrôle (voir ci-dessous) reprend les habillages de base, mais sans possibilité de réglage. Liens Informations Cette palette assure un lien entre l’image importée et son fichier externe. Elle mémorise également les opérations effectuées (rotation, mise à l’échelle…) afin de les répercuter sur la nouvelle image en cas de Ó¢D remplacement ou de mise à jour. Elle permet d’imbriquer l’image dans [ÓCtrl D] le document pour que celle-ci ne soit plus liée à un fichier. Elle possède les mêmes fonctions que la palette Liens d’Illustrator. Elle affiche des renseignements liés à la sélection. Par exemple, avec un bloc de texte, la palette précise la composition : nombre de caractères visibles et invisibles (débord de texte), de lignes… ; avec une photo, la palette affiche sa taille, son format, sa résolution… MISE EN PLACE ET TRAITEMENT DES OBJETS Alignement Cette palette comprend trois lignes d’icônes (si les options sont affichées). Celle du haut permet l’alignement d’objets selon des critères à définir (verticalement, horizontalement…). Celle du milieu s’utilise avec une sélection contenant plus de trois objets : elle permet de choisir comment doivent se répartir les objets intermédiaires entre les deux objets extrêmes. La troisième série, qui s’affiche par le menu local, permet d’ajouter un espace entre les objets. Un menu pop-up permet de choisir une référence pour l’alignement (aligner sur la sélection, sur la page…). Transformation La palette Transformation permet de changer la position, la taille, l’orientation ou l’inclinaison d’une sélection (bloc ou contenu en fonction de l’outil de sélection actif) en choisissant un point de référence dans l’enveloppe de cette sélection. Le menu local donne accès à des rotations et à des symétries particulières. Cette palette n’est plus indispensable car on retrouve toutes ses fonctions dans la palette Contrôle quand un outil de sélection (outil Flèche…) est actif. ASTUCE Si ∏ [Alt] est enfoncée lorsque vous validez une valeur, il y aura une copie de la sélection. 16 L’INTERFACE D’I N D ESIGN Palette Icône Description et remarques Aspect (complet) Il s’agit d’une palette dans laquelle on retrouve les opérations de base pour combiner les blocs entre eux (les combinaisons obtenues sont définitives). Les icônes du bas de la palette permettent de convertir la forme du bloc, d’ouvrir ou de fermer un tracé. Pathfinder G ESTION DU TEXTE ET DES TABLEAUX Caractère ¢T [Ctrl T] Tous les attributs de caractères se choisissent et s’appliquent à un texte à partir de la palette Caractère. Celle-ci peut avoir deux dimensions selon que l’on désire ou non modifier davantage d’attributs typographiques. ASTUCE La palette Paragraphe n’est plus indispensable ; en effet, on retrouve également l’ensemble de ses fonctionnalités dans la palette Contrôle quand l’outil Texte est actif. Paragraphe La gestion des paragraphes est très aisée à partir de la palette du même nom. Ici aussi, par des clics multiples sur l’onglet, la palette peut s’agrandir pour spécifier d’autres attributs que les retraits, alinéas ou ∏ ¢T alignements. Le menu local donne accès aux filets de paragraphe, ainsi [Alt Ctrl T] qu’à de multiples options : justification, gestion de césures des lignes et de mots, etc. Tabulations Il s’agit d’une palette un peu particulière, que vous n’afficherez qu’à la demande (en tapant Ó¢T [ÓCtrl T]). Elle vient se caler sur le bloc de texte pour faciliter la gestion des tabulations. Styles de caractère Afin d’automatiser les tâches, il est possible (et même fortement conseillé) de préparer un ensemble d’attributs de caractères ou feuille de style. Celui-ci s’applique à une sélection à partir de la palette Styles de caractère (ou de la palette Contrôle). C’est également à partir de celle-ci que le style peut être modifié. ÓF11 INFO. Les listes de styles des palettes Styles de caractère ou Styles de paragraphe sont disponibles dans la palette Contrôle. Des menus locaux permettent également de les gérer. 17 I N D ESIGN CS3 – CHAPITRE 1 Palette Icône Description et remarques F11 La plupart des attributs de paragraphe (et de caractère) peuvent être regroupés dans un style qui s’appliquera à l’ensemble du paragraphe. Ici aussi, les modifications sont possibles et directement répercutées sur les paragraphes stylés. Styles de paragraphe Tableau Ó F9 Aspect (complet) Dans cette palette, on trouve bon nombre de commandes qui figurent dans le menu Tableau ou encore dans la palette Contrôle quand un tableau est sélectionné. On y définit le nombre de lignes ou de colonnes, la taille des cellules du tableau et le positionnement du texte dans ces cellules. Styles de tableau À l’aide de styles de cellule et de styles de paragraphe, vous pouvez élaborer un style de tableau. Il permettra de gérer l’aspect du tableau. Styles de cellule Comme pour les styles de paragraphe, vous pouvez désormais définir l’aspect d’une cellule d’un tableau ainsi que le style de paragraphe appliqué à la saisie présente dans la cellule. INFO. Les listes de styles des palettes Styles de cellule ou Styles de tableau sont disponibles dans la palette Contrôle. Des menus locaux permettent également de les gérer. C’est dans cette petite palette que l’on gère l’alignement optique des marges en fonction du corps du texte. Cela permet de placer certaines ponctuations hors de la justification du texte pour obtenir un pavé de texte plus esthétique. Article Glyphes Cette palette répertorie le dessin de tous les caractères des polices. Il est possible d’ajouter à la palette des jeux de caractères correspondants à certains glyphes que vous utilisez souvent pour y avoir plus Ó∏F11 facilement accès. [ÓAlt F11] 18 L’INTERFACE D’I N D ESIGN Palette Icône Index ÓF8 Description et remarques Aspect (complet) Cette palette permet de créer, modifier et prévisualiser l’index. Elle comporte deux modes : le premier, Référence, affiche l’ensemble des entrées d’index et permet d’en ajouter ; le second, Rubrique, n’affiche que les rubriques (sans numéro ni référence), il s’utilise pour créer la structure de l’index. AUTOMATISATION Fusion des données Cette palette affiche les champs provenant du fichier de source de données. Ces champs sont utilisés pour définir des balises d’emplacement de texte et de graphiques dans le document cible. Lors de la fusion, ces emplacements seront remplis par les données (texte ou illustration) du fichier source de données. Scripts La palette Scripts permet d’exécuter des scripts sans quitter InDesign (ils permettent d’automatiser de nombreuses tâches à l’aide de JavaScript, AppleScript ou Visual Basic). Ces scripts sont situés dans les dossiers Scripts du dossier de l’application InDesign et dans vos dossiers Préférences. Lorsque vous créez ou recevez un script, placez-le dans le dossier Scripts pour qu’il apparaisse avec les autres. Intitulé de script Cette palette permet de définir l’intitulé d’un élément de page, tel qu’un bloc de texte ou une forme. Cet élément est utile pour la création de scripts dans lesquels vous souhaitez identifier un objet. OBJETS INTERACTIFS ET BALISES POUR L’EXPORT PDF OU XML Hyperliens Il est possible d’associer à un texte un lien (hyperlien) vers une page, un signet, une adresse URL… La palette Hyperliens permet de les définir et de naviguer dans le document. Une fois exportés en pages PDF, les liens sont opérationnels dans Acrobat Reader. États Cette palette fonctionne conjointement aux blocs de type bouton. Elle permet de définir les différents états d’un bouton lors du passage de la souris (une fois la page PDF visualisée dans Acrobat). Le menu local de la palette donne accès aux options du bouton (comportement). Signets Un signet facilite la consultation d’un document exporté en PDF en constituant une destination (ancre) dans une page. Les entrées d’une table des matières peuvent générer des signets. Tous les signets sont disponibles dans Acrobat (panneau Signets situé à gauche). Balises C’est à partir de cette palette que vous définissez des balises XML dans votre document avant de l’exporter dans un fichier XML. Ces balises sont affectées au texte et autres éléments (tels que blocs et tableaux) que vous souhaitez exporter. Vous devez également baliser les éléments que vous avez créés et définis comme blocs de substitution réservés au contenu XML importé. 19 I N D ESIGN CS3 – CHAPITRE 1 Palette Icône Description et remarques Aspect (complet) S ORTIE Aperçu de l’aplatissement Cette palette permet de visualiser les éléments comportant des options de transparence (opacité, ombre portée, contour progressif…). Aperçu des séparations C’est dans cette palette que l’on visualise, film par film, les couleurs séparées du document. Le taux d’encrage de chaque couleur est précisé quand on survole un élément coloré. ÓF6 Recouvrements prédéfinis On y définit le comportement du logiciel dans les zones comportant des couleurs en recouvrement. Options d’objet Cette palette trouve son importance pour gérer les surimpressions des couleurs ou pour définir l’impression ou non d’un élément de la page. L A PALETTE CONTRÔLE Il s’agit d’une palette « contextuelle » qui s’avère très importante car elle regroupe les fonctions les plus utiles (accessibles à partir de plusieurs palettes). Son aspect varie en fonction de l’outil actif (flèche, texte…) et de l’objet sélectionné (texte, tableau, image), de la taille de l’écran, de l’option activée dans la palette elle-même (caractère ou paragraphe). À l’aide du menu local, le contenu est personnalisable en fonction de vos besoins (voire de la taille de votre écran). À son extrémité droite figurent deux icônes : la première, Application rapide , donne accès à toutes les fonctions du affiche la fenêtre de Bridge. logiciel ; la seconde Personnaliser dans le menu de la palette Contrôle affiche cette fen fenêtre. La palette Contrôle complète avec un bloc d’image sélectionné. La palette Contrôle complète avec un texte sélectionné et ici un tableau. Ci-contre la palette Contrôle a été personnalisée. 20 L’INTERFACE D’I N D ESIGN Bridge est un programme à part entière qui permet, entre autre, la gestion des fichiers issus ou non des logiciels Adobe. Nous en reparlerons plus loin dans ce chapitre. ASTUCE Un clic droit sur l’icône d’une palette donne accès à un menu local qui permet le regroupement, la fermeture automatique des palettes ou l’affichage des préférences. L A RÉORGANISATION DES PALETTES Avec la version CS3, toutes les palettes sont par défaut placées sur une colonne contre le bord droit de l’écran. On retrouve la même interface dans Photoshop ou Illustrator (la plupart des palettes ont la même icône). Leur taille horizontale est modulable de manière à ne voir qu’une icône, une icône avec le nom de la palette ou encore la totalité de la palette. Des petits triangles ( ou ) permettent de passer d’une configuration réduite à une configuration étendue. Quand vous cliquez sur une icône de palette, celle-ci se développe pour montrer son contenu. Elle se masque en cliquant à nouveau sur son icône (ou sur celle d’une autre palette). La palette ouverte peut présenter plusieurs onglets selon qu’elle a été groupée ou non avec d’autres. Les palettes affichent leur vignette et nom.. Toutes les palettes de la colonne affichent leur contenu. Les palettes sont réduites. Un clicc sur une vignette ouvre la palette. 21 I N D ESIGN CS3 – CHAPITRE 1 En effet, certaines palettes sont associées par groupes de deux ou trois. Vous pouvez modifier ces associations, cette opération s’effectue par glissement : une ligne bleue montre « l’accrochage » de la palette. Celui-ci peut se réaliser entre deux palettes, en bas de la colonne ou contre celle-ci (voire contre la palette Outils) ; dans ce cas, il y aura création d’une nouvelle colonne. Vous pouvez également rendre la palette complètement indépendante (comme dans les anciennes versions d’InDesign) ou fermer celle que vous n’utilisez pas ou qu’occasionnellement. Pour cela, cliquez sur la croix située à droite du nom dans l’onglet de la palette ouverte. Si la palette que vous fermez fait partie d’un groupe, c’est tout le groupe qui sera fermé. Par la suite, les palettes disparues pourront être réaffichées par le menu Fenêtre. ASTUCE Pour qu’une palette reste ouverte en permanence, détachez-la des autres pour la rendre indépendante, ou placez-la seule sur une colonne et affichez-la de façon étendue par clic sur le triangle . Dans les préférences (rubrique Interface), vous pouvez définir qu’une palette ouverte par clic sur son icône se referme automatiquement. L’environnement de travail La personnalisation de l’espace de travail L’ENREGISTREMENT DE L’ESPACE DE TRAVAIL L’AFFICHAGE ET L’ESPACE DE TRAVAIL La position et le comportement des palettes sur l’écran peut être enregistrée (menu Fenêtre/Espace de travail) ; cela vous permet de définir différents environnements de travail, en affichant ou masquant certaines palettes, de manière à les faire correspondre à diverses phases du travail. C’est à partir du menu local Espace de travail de la barre d’options que vous passerez d’un espace à l’autre. Vous pouvez même envisager d’affecter un raccourci à chacun de ces espaces pour passer plus rapidement de l’un à l’autre. La version CS3 propose une option intéressante liée à l’affichage des palettes ; en effet, quand vous cachez toutes les palettes en tapant † [Ÿ] (attention, c’est l’outil Sélection qui doit être actif), une étroite bande verticale grise apparaît dès que le curseur atteint un bord de l’écran et les palettes se réaffichent. Elles disparaissent quand le curseur revient sur la page. ASTUCE Si vous tapez Ó† [Ó Ÿ] , vous cachez toutes les palettes sauf les palettes Outils et Contrôle. L’ASPECT DES MENUS Lors de l’enregistrement de l’espace de travail, une fenêtre permet d’associer ou non à cet espace une personnalisation de l’apparence des menus. En effet, en plus de l’ajout de raccourcis clavier (que nous verrons plus loin), InDesign offre la possibilité de masquer ou de colorer certaines commandes des menus afin de les personnaliser. L’espace de travail ail peut être enregistré enregistré. Vous pouvez même en enregistrer plusieurs phases de votre eurs correspondant à différentes d travail ou aux différents types d de productions. ff d 22 Cette opération se réalise à partir de la commande Menus du menu Édition. Dans la fenêtre (voir page suivante), vous pouvez visualiser les différents jeux de menus personnalisés (voire les modifier) et créer vos propres jeux en modifiant les commandes des menus ou des palettes. L’INTERFACE D’I N D ESIGN Dans cette fenêtre, on cachee certaines commandes et on en colore d’autres d’autres. s. d permet de d créer é des d Le masquage de certaines commandes menus plus courts et ainsi de faciliter l’accès aux commandes qui vous semblent essentielles. De même, l’affectation d’une couleur permet de repérer plus facilement une commande que vous utilisez souvent et pour laquelle vous n’avez pas affecté de raccourci. C Comme pour lles espaces de travail, vous pouvez faire des séries de jeux de menus correspondant à des phases de travail. Par défaut, le programme en propose quelques-uns. Parmi ces derniers figure une option nommée Nouveautés et amélioration dans CS3. Dans ce cas, les menus affichent en bleu toutes les nouvelles commandes de la version, ce qui facilite leur découverte. Dans ce menu Texte, on a masqué certaines commandes (auxquelles on accède le plus souvent par raccourcis ou par la palette Contrôle) et coloré d’autres. A STUCE Quand vous avez supprimé des commandes des menus, celles-ci demeurent accessibles si le menu est déroulé en enfonçant la touche ¢ [Ctrl]. Si vous enfoncez les touches Ó∏ ¢ [ÓAlt Ctrl] , toutes les commandes des menus sont listées par ordre alphabétique. A c cet espace de Avec d travail, toutes les nouveautés le es n oouveautés ou o les commandes modifiées sont colorées en bleu. modi m i 23 I N D ESIGN CS3 – CHAPITRE 1 La personnalisation des raccourcis En plus de la personnalisation des menus, vous pouvez personnaliser votre environnement de travail en ajoutant des raccourcis aux commandes qui n’en possèdent pas ou modifier les raccourcis existant pour les mémoriser plus rapidement. La plupart des raccourcis font appel à certaines touches du clavier. Le tableau ci-dessous vous rappelle les noms utilisés dans ce livre et les correspondances entre Mac et PC. Touche Mac Commande ¢ ou Option (alt) Majuscule Ó Contrôle Symbole Touche PC Symbole ¢ Ctrl Ctrl ∏ Ó ctrl (= clic droit) Alt Alt Ó Ó La touche n’existe pas sur PC, on utilise le clic droit. Certains raccourcis proposés peuvent entraîner des erreurs, il ne faut donc pas hésiter à les changer ou à affecter un second raccourci. C’est le cas de celui qui active l’outil Sélection (Flèche noire) : la lettre V ; au lieu d’activer l’outil, elle fait apparaître un « v » quand vous êtes en train d’éditer un texte. Pour l’éviter, affectez à cet outil la touche F1. Il en est de même avec bon nombre de raccourcis qui entrent en conflit quand vous travaillez un texte (par exemple, I pour la pipette, † [Ÿ] pour cacher les palettes, etc.). Voici donc quelques propositions de raccourcis (pour Mac) : Manipulation Flèche noire Flèche blanche Pour créer le raccourci, sélectionnez la commande souhaitée (si elle possède déjà un raccourci, elle le gardera à condition qu’il n’ait pas été affecté à une autre commande), tapez la séquence voulue dans la case Nouveau raccourci, choisissez le contexte dans le menu local, puis cliquez sur Attribuer. Ancien raccourci F1 V ÓF1 A Outil Position ctrl F1 ou Óctrl F1 Outil Pipette Pour voir et éditer les raccourcis, dans le menu Édition, lancez la commande Raccourcis clavier : une fenêtre s’affiche. Vous pouvez visualiser, par menus, les différentes rubriques et leurs raccourcis. Si vous voulez modifier ou ajouter des raccourcis qui manqueraient à la liste, InDesign vous invitera à créer un ensemble qui pourra être enregistré. Le fichier ainsi créé est placé dans le dossier InDesign Shortcut Sets (lui-même dans Préférences/Adobe InDesign/Version 5.0). Il pourra être utilisé sur un autre ordinateur à condition que vous ne changiez pas de plate-forme. Raccourci (Mac) ÓA ctrl I (ctrl i) I ctrl T T Bascule entre Aperçu/Normal ctrl esc (Echap) W Passer de à (palette Contrôle) ctrl A ou ctrl P ∏¢ è Afficher/Masquer toutes les palettes Ó esc † Outil Texte ASTUCE Vous pouvez aussi garder les raccourcis existants et taper Ó¢ A [ÓCtrl A] pour systématiquement tout désélectionner avant de taper le raccourci (cependant, il faudra resélectionner). Si vous avez peur de ne pas mémoriser certains raccourcis, vous pouvez affecter à la commande une série de raccourcis ayant une touche commune : vous finirez bien par retenir l’une des combinaisons choisies (il sera alors temps de supprimer les autres devenues inutiles). On peut affecter plusieurs ussieurs sieurs racco raccourcis ourcis à une commande. On choisit la commande, comma ande, on tapee le raccourci ande ra et on l’attribue. ttribue ttribue. Pensez à utiliser pourr limiter ser un contexte c limit le raccourci à un domaine. dom 24 INFO. Les raccourcis indiqués dans ce livre sont ceux par défaut. N’hésitez pas à les personnaliser. L’INTERFACE D’I N D ESIGN La gestion de l’affichage LES TAUX D’AFFICHAGE Vous pouvez régler le taux d’affichage avec une valeur comprise entre 5 % et 4 000 %. Ce réglage peut s’effectuer : – en tapant une valeur dans la case d’information en bas à gauche de la palette Navigation ou de la fenêtre du document (un menu local propose une série de valeurs) ; Dans la palette Navigation, il est possible de ne visualiser que le plan de travail avec une page ou toutes les pages. Un rectangle rouge vous montre la zone visualisée du document ; en le déplaçant, vous pouvez la changer. Pour afficher une autre page, utilisez la palette Pages : par un double-clic sur une icône de page, vous affichez la page sélectionnée ou la double page par un double-clic sur le numéro. – en glissant la loupe (avec ¢ Espace [Ctrl Espace]) ; – en tapant plusieurs fois le raccourci d’agrandissement ou de réduction. En attendant de mémoriser les différents raccourcis (d’affichage ou autre), pensez à utiliser les menus contextuels (ctrl clic [clic droit]) ; cependant, l’outil Flèche doit être actif ou, si ce n’est pas le cas, aucun bloc ne doit être sélectionné. Ce rectangle ngle indique indiqu la zone affichée.. Par double-clic sur la page age a g ou sur le numéro, on affiche fiche la page ou double page contre les règles. ASTUCE La palette Navigation affiche des petites croix rouges pour indiquer les blocs avec du texte en débordement. La partie affichagee d du menu contextuel. L A NAVIGATION DANS LE DOCUMENT Le déplacement dans un document s’effectue de plusieurs manières : – avec l’outil Défilement (Main) affiché en enfonçant la barre d’Espace (ou ∏ [Alt] si l’outil Texte est actif) ; – avec la molette de la souris (avec Ó le déplacement est horizontal) ; – par la fenêtre de la palette Navigation. UNE NOUVELLE VUE La commande Nouvelle fenêtre (menu Fenêtre/Disposition) permet de créer une seconde vue de votre document. Celle-ci pourra avoir un taux d’affichage différent. Cela pourrait être un gabarit afin de visualiser ses modifications sur les pages courantes. Pour visualiser côte à côte ces fenêtres, utilisez l’une des commandes Mosaïque. Vue d d’ensemble et vue ue de détail. dé 25
Just put [php_everywhere] where you want the code to be executed.

Author Pierre Labbe Isbn 9782212123517 File size 56MB Year 2008 Pages 395 Language French File format PDF Category Cinema Book Description: FacebookTwitterGoogle+TumblrDiggMySpaceShare Véritable mine de conseils pratiques et d’astuces de travail, cet ouvrage richement illustré dresse un panorama complet d’InDesign CS3, des acquis fondamentaux aux techniques les plus avancées. Couvrant toutes les nouveautés de cette version CS3, il conduit le lecteur de la prise en main du logiciel jusqu’à la maîtrise de ses fonctions les plus pointues. Nourri par la très grande expérience de l’auteur, cet ouvrage constitue un excellent manuel d’apprentissage pour les graphistes et maquettistes débutants comme pour les professionnels.     Download (56MB) L’histoire des civilisations Principes fondamentaux de la stratégie Photoshop CS5 pour PC et Mac Introduction à la biologie du développement Jean-Claude Coille – Applications et cas de gestion financière Load more posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *